Non au masque obligatoire pour les cyclistes

A Grenoble, la Préfecture en concertation avec la Ville a imposé le port du masque dans le centre-ville.

Le masque est à ce jour le seul outil de protection contre la diffusion aérienne du COVID19, au moment où l’on craint une deuxième vague.

EELV Grenoble soutient son imposition en intérieur, sur les marchés, dans les rues du centre piéton…

Néanmoins, ce masque n’est pas adapté aux efforts physiques. L’arrêté tient compte de cela en ne l’imposant pas sur les montées à la Bastille, seulement en bas et sur la plateforme sommitale !

Sur les chaussées mixtes et sur les pistes cyclables, les cyclistes ne créent pas de bouchons et respectent de ce fait en permanence une distance de sécurité.

Imposer le masque dans cette situation ne répond à aucune nécessité sanitaire.

En revanche cela entraîne des efforts cardiaques plus importants pour les cyclistes. C’est pénible et malcommode, et opposé à la volonté de la ville de favoriser l’usage du vélo. Par ailleurs les automobilistes, parfois seuls dans leurs voitures, ne sont pas soumis à cette contrainte, même vitres ouvertes. Pollution, CO2, dépenses énergétiques…favoriser ce mode de transport en période de crise n’est pas souhaitable.

Éric Piolle a demandé au préfet de l’Isère de revenir sur cet aspect de l’arrêté, comme l’ont fait les préfets de l’Hérault et de Paris.

Pour ces raisons, EELV Grenoble demande à la préfecture de Isère la suppression de cette imposition du masque aux cyclistes sur les rues et pistes cyclables.

Pour résoudre les problèmes de proximité et densité de piétons et cyclistes dans le centre de Grenoble, il est d’autant plus important d’accélerer les piétonnisations et de créer des TempoVélo, par exemple le long du tram C.

Remonter