Deux candidats LREM à Grenoble !

Ainsi donc le sous-ministre Olivier Noblecourt est candidat à l’élection municipale. Il avait abandonné Grenoble, le parti socialiste, et son mandat municipal pour rejoindre le gouvernement de Macron dès juin 2017.

Depuis deux ans, il travaille à « impulser la politique interministérielle » et à « mettre en oeuvre les mesures qui découlent de la stratégie lancée par le président » Macron, comme l’indique sa lettre de mission signée par la ministre de la santé Agnès Buzyn. Alors que l’un « impulse » et l’autre vote les réformes néolibérales du président des riches, Olivier Noblecourt et Emilie Chalas se marchent sur les pieds à Grenoble en tentant d’enfiler le même déguisement de centre gauche.

Casse du logement social, suppression de l’ISF, détricotage des retraites, des emplois aidés et des services publics sur l’ensemble du territoire : EELV Grenoble rappelle que la solidarité et la lutte contre la pauvreté comptent parmi les principaux angles morts du quinquennat Macron, au même titre que la lutte contre le dérèglement climatique.

Remonter