Zone à Faibles Emissions : c’est parti !

Dans la Métropole grenobloise, une large part des polluants atmosphériques proviennent du transport de marchandises. Son impact est évalué à 33% des particules fines PM10 et 48% des oxydes d’azote.

Pour améliorer la qualité de l’air, et assurer à tous les métropolitains un seuil d’exposition inférieur aux normes légales, Grenoble et plusieurs communes, la Métropole grenobloise et le SMTC mettent en place une Zone à Faibles Emissions ce jeudi 2 mai.

Le territoire concerné est celui de Grenoble, de 9 communes limitrophes (Bresson, Échirolles, Eybens, La Tronche, Poisat, Pont-de-Claix, Saint-Égrève, Saint-Martin-d’Hères, Saint-Martin-le-Vinoux) ainsi que le Domaine Universitaire. En février 2020, ce seront 28 communes de la Métropole qui composeront le périmètre de la plus grande ZFE de France.Les restrictions qui s’appliquent aux poids-lourds et aux véhicules utilitaires légers seront basées sur les certificats nationaux de qualité de l’air : interdiction des CQA5 cette année, pour ne plus autoriser en 2026 que les CQA1.

Les objectifs à cette échéance sont :

– la santé, avec une baisse des pollutions (objectifs : la baisse de 77% des émissions de NO2,  de 51% des émissions de particules fines, en assurant ainsi à tous les habitants le respect permanent des seuils de respirabilité de l’air) et du bruit,
– le climat (baisse de 39% des émissions de CO2, en lien avec la production de gaz renouvelable au centre de compostage métropolitain de Murianette)
– l’économie, avec une économie de pouvoir d’achat (moins de consommation, d’une énergie moins chère que le diesel).

Les entreprises, les commerçants non sédentaires, les professions libérales, les associations de la Métropole peuvent bénéficier d’aides de la Métropole allant jusqu’à 13000€ et cumulables avec les aides de l’Etat pour le remplacement de leurs véhicules polluants.

Le détail des aides se trouve ici : https://www.lametro.fr/762-l-aide-a-l-achat-d-un-vehicule-faibles-emissions.htm

Des stations de recharge GPL, GNV, électrique et hydrogène existent ou vont être développées sur le territoire.

Deux centres de distribution urbaine (CDU) sont en développement, au MIN (Marché d’intérêt national) de Grenoble et à Fontaine. Ils permettent de réceptionner les marchandises provenant de différents transporteurs, de les regrouper par destinataire, puis de les livrer en utilisant des véhicules mieux adaptés à l’environnement urbain et à faibles émissions (au Gaz Naturel pour Véhicules ou électriques, vélos-cargo…).

Une vidéo de présentation est proposée sur le fil Twitter du groupe Métropole En Transitions : https://twitter.com/_RCSE/status/1123166975482527744

Remonter