De l’espace public libéré de l’omniprésence des marques…

De l’espace public…
D’ici le mois de mai, 326 panneaux publicitaires vont disparaître des rues de Grenoble.

Nous allons pouvoir circuler dans notre ville sans que notre regard soit aspiré vers un slogan, un mannequin ou la montre d’un Monsieur important. Toute notre attention nous sera rendue, pour admirer le Moucherotte ou la croix de Belledonne enneigés, pour découvrir un joli balcon art nouveau ou un mouton flegmatique, pour échanger avec nos enfants sur autre chose que sur ces produits qui leur font envie et occupent leur imaginaire en construction.

… et bientôt approprié par les Grenoblois

Cet espace nous est donc rendu et EELV Grenoble se réjouit bien sûr de la plantation d’arbres dans notre ville trop minérale. Mais c’est surtout un affichage d’opinion, qui ne soit pas en concurrence avec l’affichage associatif et surtout avec celui des tournées de spectacles, que nous attendons. Cet affichage d’opinion est aujourd’hui dévalorisé aux yeux des citoyens parce que trop souvent « sauvage » (autocollants, affichettes sur les cabines ou les palissades de chantier…) : il mérite pourtant davantage notre attention car il fait naître le débat et les échanges…. d’idées.

L’espace public est enfin devenu un objet de débat politique : c’est nouveau et c’est très bien. Les écologistes souhaitent qu’il devienne maintenant pleinement un lieu politique, un lieu approprié par les citoyens.

Panneau Avenue Rhin et Danube

Panneau Avenue Rhin et Danube

Avenue Rhin et Danube sans panneau

Avenue Rhin et Danube sans panneau

Remonter