Le Conseil municipal doit rester public, ouvert à tous les citoyens et toutes les citoyennes !

Lundi 21 octobre 2013, une fois de plus l’entrée du conseil municipal de Grenoble a été fermée aux citoyens sous prétexte de manque de place. C’est une fois de trop !
En réalité, certains membres de l’association « Un toit pour toutes », avaient l’intention d’assister au conseil et de distribuer aux élus une lettre de protestation contre l’expulsion prochaine du squat « la Malaprise ».

Il n’est pas vrai qu’il n’y avait plus de place, puisqu’une militante écologiste, ancienne élue (Christine Garnier) , a été autorisée à entrer, ainsi que d’autres personnes. C.Garnier a refusé d’entrer et de cautionner ainsi un « tri au faciès ». Environ une dizaine de policiers municipaux et nationaux « protégeaient » la mairie contre une quinzaine de jeunes femmes, accompagnées par un bébé.

Il nous semble normal de faire sortir, dans le calme,  les personnes qui troublent le déroulement des débats du conseil municipal. Il serait démocratique, comme cela se pratique dans d’autres communes, de permettre à des habitants de présenter un problème aux élus. Mais il n’appartient pas aux élus d’interdire l’accès au public sur de simples soupçons.

 

Enzo Lesourt,

Porte parole

Remonter