L’Ampérage en danger

L’Ampérage est aujourd’hui en danger. Pour une fois, ce n’est pas un problème de manque de moyen qui met en difficulté un projet associatif mais un invraisemblable problème administratif.

Rappelons que l’Ampérage, c’est une salle de concert ouverte à tous les styles située au bout du cours Berriat. Mais c’est aussi un projet porté depuis des années par un collectif  déterminé à faire vivre les expressions musicales alternatives sur Grenoble. C’est un lieu ouvert toute la nuit dans une ville qui en manque cruellement malgré sa très forte proportion d’étudiants et de jeunes. L’Ampérage c’est donc un projet unique, vivant et indispensable qui permet de soutenir les dynamiques associatives et les esthétiques les plus diverses.

Récemment, la salle s’est vu retirer son autorisation d’ouverture jusqu’à 5 heures du matin parce qu’elle n’est pas aux normes d’une discothèque avec piste de danse. De fait, cette salle de concert n’est pas une discothèque. Mais qu’est ce qui pourrait justifier qu’une discothèque puisse rester ouverte jusqu’à 5 heures et pas une salle comme l’Ampèrage ? Mystères de la réglementation française… ou alors volonté des autorités publiques et notamment de la Ville de fermer un lieu pouvant causer quelques troubles de voisinage.

Pourtant rien ne vient justifier cette sanction administrative.

Il y aurait trop de salles dans le même quartier selon l’élu de secteur. Et alors ? Tout le monde sait que le public de l’Ampérage n’est pas spécialement issu du quartier mais de l’ensemble de l’agglomération. La salle est en plus situé dans un lieu, à quelques mètres de l’A480 qui permet de limiter les nuisances. Il paraît très difficile d’imaginer un déménagement dans un lieu ou elle causerait moins de problèmes.

Il y aurait un problème de « flux de personnes ». Ce problème est aussi évoqué dans l’hypercentre grenoblois… avec des arguments inverses : tous les bars ferment à la même heure et la sortie des consommateurs génère des nuisances à une heure du matin. 

La question des nuisances sonores générées par les sorties des bars et des lieux de vie nocturne est une vraie question. Elle fait appel, avant tout, à la civilité des consommateurs qui sous l’emprise de l’alcool, se croient tout permis sur l’espace public passé une certaine heure. Mais cette question des nuisances ne doit pas être le prétexte à la fermeture de lieux aussi indispensables à la vie culturelle grenobloise que l’est l’Ampérage.

Nous souhaitons donc vivement que cette salle retrouve au plus vite son autorisation d’ouverture tardive.

Remonter