Y a-t-il un projet de foire des Rameaux au Parc Mistral ?

Depuis quelques mois, il semble que la majorité municipale envisage de relocaliser la foire des Rameaux dans le Parc Paul Mistral. En tant que représentant du canton 1 de Grenoble (comprenant ce parc), je regrette de n’avoir jamais été associé à l’étude de cette hypothèse que je conteste en l’état. J’ai donc écrit au Maire de Grenoble pour lui demander de me communiquer tous les éléments concernant ce dossier.

Cette hypothèse de relocalisation sans aucune concertation amène plusieurs remarques :
– Il apparaît d’abord que la Ville de Grenoble s’est engagée sur un projet urbain à l’Esplanade sans aucune solution réaliste pour relocaliser la foire des Rameaux, l’une des plus grande foire d’Europe avec près de 120 attractions. C’est ce que l’on appelle « mettre la charrue avant les bœufs » !
– Le parc Paul Mistral est apparu comme une hypothèse de repli dans un jeu de chaises musicales et non comme une hypothèse de bon sens. C’est bien parce que les autres solutions (parking d’Alpexpo ou autres communes) ne semblent pas aboutir que la majorité municipale pense au parc Mistral.
– Sur le parc, deux lieux semblent étudiés : l’extension du parc, dans l’ancien « plat de nouille » et l’anneau de vitesse. Le premier semble irréaliste : il suffit de se rendre sur place pour constater qu’il serait nécessaire de couper des centaines d’arbres et d’engager des aménagements lourds pour obtenir un terrain plat qui n’aurait plus rien à voir avec un parc. L’anneau de vitesse semble lui beaucoup trop petit et en plein cœur d’un parc déjà saturé par les équipements et les diverses manifestations annuelles. Dans les deux cas, l’arrivée de la foire entrainerait des nuisances importantes pour les nombreux riverains de la place Jean Moulin jusqu’au quartier Exposition, en raison du bruit qu’elle génère, notamment en soirée.
– Après avoir été amputé d’une grande surface par le Stade des Alpes, le parc Mistral n’a pas vocation à être le réceptacle de toutes les manifestations de grande envergure ! Ainsi, l’arrivée de la foire, trois semaines complètes au printemps, serait inacceptable dans le seul grand parc du cœur de la Ville et dans lequel beaucoup d’habitants viennent chercher un peu de verdure et de calme.

Le futur emplacement de la foire des Rameaux, appréciée par de nombreuses familles de l’agglomération grenobloise, doit être réfléchi à cette échelle et donc avec la Métro. Toutes les solutions doivent être remises sur la table en associant à chaque fois les riverains concernés. Les aménagements consistant à réduire le nombre d’animations, à limiter les horaires d’ouverture en soirée et à mieux encadrer les niveaux sonores, doivent également être intégrés à la réflexion.

Olivier BERTRAND,
Conseiller général du Canton de Grenoble 1

Remonter