L’alimentation est un bien commun, pas une marchandise

Télécharger le tract en version PDF

Passons d’une alimentation subie à une alimentation choisie !

Quelques jours après la publication de l’étude sur les maïs transgéniques par l’équipe du Pr Séralini, Europe Ecologie les Verts exige des décisions immédiates, et notamment la saisie de la Commission Européenne par la France pour demander la suspension des autorisations de mise en culture et d’importation d’OGM en Europe.

Du nucléaire aux nanotechnologies, des OGM aux ondes électro-magnétiques : même problème, même réponse ! La puissance publique doit garantir l’indépendance de la recherche face aux industriels et aux lobbys. Le principe de précaution doit être la règle. Le débat citoyen doit encadrer les choix scientifiques et technologiques afin que leurs impacts écologiques, sanitaires et éthiques, soient évalués… avant et non pas après !

Avec Europe Ecologie les Verts :
Le choix de la morale publique face aux intérêts des industriels.
Le choix d’une alimentation digne et libérée des spéculations du marché.
Le choix d’une alimentation qui respecte la terre et celles et ceux qui la travaille.
Le choix d’une alimentation qui fasse vivre les producteurs de nos territoires.

Ici et ailleurs nous proposons :
– 0 % d’OGM dans nos champs, nos assiettes et l’alimentation animale.
– à Grenoble : 100% de bio et de produit locaux de qualité pour les cantines scolaires, les maisons de retraites et les repas délivrés par le CCAS.
– La diminution des quantités de viande servie par ces structures pour des raisons sanitaires et écologique : les élevages industriels sont les premiers consommateurs de maïs et de soja OGM importés en France.
– La création d’une véritable « ceinture verte » autour de l’agglo grenobloise pour tendre vers son autonomie alimentaire en aidant les agriculteurs à diversifier fortement leurs cultures, la monoculture du maïs et de la noix en Isère ne permettent pas le développement de circuits courts !

Projection-Débat :
Jeudi 4 octobre à 20h
TOUS COBAYES ?
Au cinéma Le Club à Grenoble, 9 rue du Phalanstère,
en présence de Jean-Pierre Jaud, réalisateur

OGM : un scandale sanitaire et une exigence démocratique

La publication d’informations scientifiques indépendantes concordantes sur la toxicité des OGM impose une réaction d’urgence des autorités sanitaires. La simple application du principe constitutionnel de précaution impose une interdiction immédiate des produits incriminés jusqu’au résultat d’études exhaustives sur le sujet.

L’étude sur les maïs transgéniques et les OGM du Pr Gilles-Eric Séralini, publiée par la revue américaine Food and Chemical Toxicology, impose des décisions fortes et immédiates. La lourde toxicité des maïs génétiquement modifiés apparaît démontrée à travers ces travaux de longue haleine et d’une grande exigence scientifique. L’étude qui a porté sur un échantillon significatif de 200 rats montre une surmortalité inquiétante des animaux nourris avec des OGM sur une longue durée (2 ans). Elle souligne en particulier que les études réalisées jusqu’à présent sur une durée de 3 mois sur de faibles échantillons n’étaient pas en mesure de faire apparaître cette surmortalité.

Au niveau européen, la France doit immédiatement saisir la Commission pour lui demander de suspendre les autorisations de mise en culture et d’importation d’OGM. De plus, la dépendance de nos élevages aux OGM doit faire l’objet d’un véritable débat démocratique. La future PAC et la prochaine loi cadre sur l’agriculture doivent encourager d’autres modèles agricoles, garantissant une alimentation saine aux consommateurs. La France doit par ailleurs oeuvrer pour qu’une expertise indépendante forte soit instaurée au niveau européen pour pouvoir efficacement mettre un terme aux pratiques de lobbyings et de désinformations permanentes mises en oeuvre par la filière agroalimentaire industrielle. Il faut s’interroger sur les conditions d’octroi des autorisations des produits OGM, sur la base des seules études alors effectuées par les firmes elles-mêmes, alors que les mises en garde sont nombreuses et convergentes.

Les écologistes et EELV conscients de leur responsabilité démocratique, entendent alerter sur les dangers que les OGM font courir sur la santé publique, en France et en Europe, et demandent
au gouvernement de mobiliser sans délais les autorités sanitaires et scientifiques à cet égard. En attendant, l’interdiction des OGM concernés par les études doit être immédiate et sans faille.

Pour en savoir plus sur les OGM : http://guide-ogm.greenpeace.fr.

Remonter