Non à la pénalisation des actions collectives de défense du service public de l’éducation !

Communiqué du 29 août 2012

L’actuel recteur de l’académie de Grenoble persiste et signe après avoir vu ses décisions sur le lycée Mounier cassées par le TA de Grenoble puis par la Cour d’Appel de Lyon. Depuis de longs mois, il s’acharne contre ce lycée général des quartiers sud de Grenoble, symbole de la mixité sociale réussie pour des quartiers stigmati sés dans le discours de la honte de N. Sarkozy en juillet 2010. Il a multiplié les provocations verbales dans le dossier Mounier, mettant en cause parents, professeurs et élus. Cet acharnement continue aujourd’hui avec un dépôt de plainte contre deux parents d’élèves membres du collectif Mounier.

Que leur reproche ce haut fonctionnaire qui refuse, lui, de respecter les décisions de la justice administrative ? Il s’agit de faits survenus lors d’une manifestation devant le rectorat en juin 2012 : « décoration » à la peinture d’un trottoir et échange de propos un peu vif. C’est à dire pas grand chose. « Cornegidouille » dit le recteur ubuesque, qui dépose plainte derechef ! D’où l’audition de police ce jour et le rassemblement où EELV était représenté par plusieurs militants et élus (1 députée, 1 conseiller régional, 1 conseiller général, 1 conseiller municipal) venus témoigner leur soutien à Mounier.

Visiblement la stratégie du recteur vise à intimider les personnes qui défendent leurs droits et veulent faire appliquer la loi, alors que les actions collectives des « Mounier » sont restées très « bon enfant » et n’ont jamais dégénéré.

Rappelons par ailleurs qu’actuellement une dizaine de familles a fait appel des refus de dérogation pour Mounier. Ces familles attendent toujours une réponse alors que la rentrée arrive… Des places restent pourtant disponibles pour les accueillir à Mounier. Et pendant ce temps le rectorat ouvre des classes supplémentaires dans d’autres lycées : Eaux claires et Argouges, …

Lors de l’élection présidentielle les français ont exprimé leur volonté de changement, notamment pour remettre la justice et la jeunesse au cœur des politiques publiques. Ce n’est clairement pas la voie choisie pour l’instant dans cette affaire.

Europe Ecologie les Verts en appelle solennellement au ministère de l’Education Nationale pour qu’une autre orientation, conforme au projet de François Hollande, soit prise dans ce dossier, que la plainte contre les membres du collectif « Mounier » soit retirée et que le cabinet du Ministre reçoive enfin le collectif qui demande une rencontre depuis des semaines.

Remonter