Collège Vercors : graves conséquences de la politique irresponsable du gouvernement

La  décision du gouvernement de ne pas remplacer 1 fonctionnaire sur 2 et d’appliquer un plan de rigueur drastique à l’éducation nationale a des conséquences terribles pour de nombreuses familles.

Les moyens en heures d’enseignement étant sans cesse revus à la baisse, les rectorats effectuent aujourd’hui des coupes sombres dans les effectifs, quitte à remettre en cause des projets pédagogiques et des politiques locales de réussite éducative.
Ainsi, l’inspection d’académie a signifié au collège Vercors qu’une classe de 4ème serait supprimée à la rentrée 2012 et que l’ouverture prévue d’une classe de 3ème était remise en cause.
Cette décision est totalement incompréhensible dans le contexte actuel : le collège est situé dans un environnement social sensible et est actuellement classé en RRS (Réseau réussite scolaire, nouvelle appellation  des ZEP). Cette décision conduirait à une explosion du nombre d’élèves par classe : de 22 à plus de 30. Par ailleurs, elle est incohérente avec les moyens mis par le Conseil général de l’Isère pour reconstruire totalement un établissement qui peut aujourd’hui accueillir beaucoup plus de classes.

Je me suis donc associé aujourd’hui au mouvement de protestation des enseignants et des parents d’élèves qui ont organisé une journée « collège mort ».

Le collège Vercors est un établissement qui, après avoir connu des années difficiles, est sur la voie de la réussite éducative. Depuis 2 ans de nouveaux parents ont fait le choix d’inscrire leurs enfants  à Vercors en sachant que les moyens liés au classement RRS permettaient un enseignement de qualité dans des classes à effectifs réduits. C’est toute une dynamique de mixité sociale qu’est en train de casser la politique du gouvernement.

Je tiens donc à dénoncer cette logique qui vise à inciter les parents à choisir l’enseignement privé en n’accordant pas les moyens nécessaires à un enseignement public de qualité. Je tiens aussi à dénoncer le double discours consistant à inciter les collectivités à mettre de gros moyens pour construire des établissements pour, au final, tout faire pour que ces établissements se retrouvent sous occupés.

Cette décision de l’inspection d’académie concernant le collège Vercors ne doit pas rester sans suite. Je resterai présent auprès de l’équipe enseignante et des parents pour exiger des moyens humains suffisants à la rentrée 2012.

 

Vidéo de l’interview d’Olivier Bertrand dans Grenews

Remonter