LE LYCÉE MOUNIER DOIT ÊTRE RECONSTRUIT

Nous avons appris avec stupéfaction la fermeture prochaine du lycée Mounier de Grenoble, pour motif de sécurité liée à une nouvelle expertise des bâtiments rendue à la Région le 13 Aout 2010. Or cela a été annoncé au conseil d’administration du lycée le 27 septembre au soir et confirmé ce matin par la vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée aux lycées.

Cette importante décision n’a pas été votée par le Conseil Régional, et n’a fait l’objet d’aucune concertation : ni avec les parents d’élèves, ni avec le personnel ! La commission des lycées du Conseil Régional, qui s’est réunie récemment (le 16 septembre), n’en a pas été informée non plus.

Evidemment la sécurité des usagers du lycée doit être pleinement assurée mais une telle absence de transparence et de concertation vis-à-vis des équipes du lycée et des élus de la Région est inacceptable. La prise de position unilatérale de la vice-présidente régionale déléguée aux lycées relève du passage en force.

Rappelons que le lycée Mounier a une équipe pédagogique motivée qui assure un travail remarquable avec une double vocation générale et technologique, des options rares, l’accueil de jeunes arrivant en France, le CLEPT (qui scolarise des jeunes ayant décroché), la Mission Générale d’Insertion,… Mounier accueille des élèves des quartiers populaires. Son emplacement participe à la mixité sociale.

Si la sécurité impose la démolition et interdit de mener la réhabilitation qui allait commencer alors la reconstruction doit être rapide. Elle doit avoir lieu de préférence par tranches : évitons la fermeture complète qui perturberait la scolarité de près de 1000 élèves. Dans tous les cas, restructuration ou reconstruction, la décision devra être prise de façon démocratique, après communication de l’ensemble des éléments techniques à tous les acteurs concernés : élus, professeurs, équipes administratives, représentants des parents et des élèves. Et les enjeux fondamentaux de la mixité sociale, de la réussite éducative et du vivre ensemble devront être pris en compte.

Emmanuel Mounier ne disait-il pas :  » La plus grande vertu politique est de ne pas perdre le sens des ensembles  » ?

Remonter