Changement climatique : l’appel de Copenhague

Chaque jour qui passe nous apporte de nouvelles preuves scientifiques des changements climatiques. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard. Les Verts et l’ensemble des écologistes sont convaincus que l’Union européenne doit jouer un rôle d’avant-garde dans cette lutte et investir davantage dans les technologies liées à l’efficacité énergétique et aux renouvelables.

Signez l’appel de Copenhague !

En effet, cette conférence est essentielle pour construire l’avenir.

{{Copenhague : rendez-vous clé pour le climat}}

A la fin de cette année, les représentants des 170 nations qui ont signé la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques se retrouveront à Copenhague pour finaliser, c’est l’objectif, les négociations sur une nouvelle riposte planétaire aux changements climatiques. ONG, experts et scientifiques seront également présents lors de ce rendez-vous crucial. Le Groupe Intergouvernemental d’Etude du Climat (GIEC, ou IPCC en anglais) produit des rapports plus inquiétants d’années en années. La concentration en gaz à effet de serre ne cesse d’augmenter, provoquant des impacts très importants et inquiétants sur le climat.

{{Que fait l’Europe ?}}

Le Paquet Climat énergie adopté en décembre 2008 vise à assigner des objectifs à l’Union Européenne en matière d’énergie et d’émissions de GES. Nicolas Sarkozy se félicite avec vigueur de « son » succès à faire adopter le paquet en 2008, mais cet orgueil est bien mal placé car en voulant conclure par tous les moyens un accord avant la fin de la présidence française de l’UE, les objectifs ont été sérieusement affaiblis.

Dans son programme, Europe Ecologie souhaite un engagement fort de l’Union Européenne afin qu’un accord international juste, équitable et ambitieux soit conclu à Copenhague. Europe Ecologie souhaite une réduction de 30% des émissions de l’UE en 2020, 90% en 2050. La sobriété et l’efficacité énergétique doivent être un axe d’action prioritaire.

{{Le nucléaire n’est pas la solution}}

La sortie du nucléaire doit être une priorité. En effet, la production électrique électro-nucléaire ne peut jouer techniquement qu’un rôle marginal dans la lutte contre le réchauffement climatique, contrairement à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables dont le potentiel est très important. Le nucléaire présente des dangers insurmontables qui ne peuvent être tolérés : risques d’accidents, pollutions radioactives diffuses, déchets ingérables, risque d’attentats et de prolifération nucléaire, insécurité énergétique…

Remonter