Pour une Europe juste

L’Europe, réunifiée, peut devenir un espace de liberté, d’égalité, de fraternité, un point de référence pour les peuples du monde. Elle ne le peut cependant que si nous réinventons le rêve européen.
L’Europe doit en même temps protéger et changer :
– Protéger ses citoyens des crises économiques, financières, écologiques, climatiques.
– Changer son fonctionnement et ses objectifs. L’Europe ne peut plus se faire sans les citoyens, ni à fortiori contre eux.

{{ {{{Ce Projet est à la fois politique, culturel, écologique}}} }}

{{Politique car l’Europe réduite
à un grand marché n’est pas l’Europe}}

Nous voulons un espace démocratique où le Parlement Européen, les partis transnationaux, la société civile, deviennent la source du pouvoir, où un contrôle parlementaire puisse s’exercer sur les décisions de la Commission, de la banque centrale, du Conseil des Chefs d’Etat.

{{Culturel car l’Europe réduite
à une machine à produire n’est pas l’Europe}}

De Descartes aux Beatles, de goethe à Kundera, nous sommes les héritiers de la diversité de nos langues, de nos territoires et de nos cultures. Nous avons tiré les leçons de nos confrontations sanglantes et
construit une Europe de la coopération et du dialogue face aux Empires qui dominent et imposent. Ce que nous appelons une politique de civilisation ce n’est pas un gadget comme les aiment sarkozy, Berlusconi
ou Barroso, c’est l’expression de cette identité européenne qui s’enracine dans l’histoire et la culture.

{{Ecologique car l’Europe réduite à la croissance
dérégulée n’est pas l’Europe}}

Le 11 septembre de la finance a entraîné une récession sans précédent. Nous ne pourrons nous en sortir que par une transformation de nos modes de production et de consommation. La conversion écologique et
sociale de l’économie est à l’ordre du jour. C’est le pari d’une Europe qui protège les peuples et les écosystèmes, impose la justice face au poids des lobbies industriels et financiers.

Ce rêve européen, écologique et solidaire, celui d’une Europe juste, d’une Europe de la fraternité n’est pas un mirage. Il est à notre portée. A condition que nous le décidions, ensemble.

{{ {{{Un nouveau processus constituant}}} }}

Le traité de Lisbonne, que nous ayons voté oui ou non, est déjà dépassé. L’union européenne, cinquante ans après la constitution du marché commun doit franchir un nouveau cap, celui de la co-souveraineté partagée entre peuples, Etats et citoyens. Nous devons sortir de la logique intergouvernementale et rédiger une
Constitution pour l’union européenne, courte, lisible, qui fixe les principes et les droits fondamentaux, et répartissent les compétences en donnant un contenu à la citoyenneté européenne. Cette constitution devra être votée le même jour dans toute l’union avec un résultat à la majorité qualifiée.

{{ {{{Un pacte de coopération écologique et solidaire européen}}} }}

Ce nouveau pacte de stabilité remplacerait le traité de Maastricht, obsolète et prisonnier d’une vision libérale et productiviste de
l’Europe. il se traduirait par l’adoption de nouveaux objectifs financiers complétés par dix nouveaux critères de convergences écologiques
et sociaux. un Conseil de sécurité économique, sociale et financière, responsable devant le Parlement européen coordonnerait la politique de l’emploi et l’harmonisation fiscale notamment par l’instauration d’une “Zone tobin” européenne et d’une contribution “énergie – climat”.

{{ {{{Un espace européen de la recherche et de la culture}}} }}

La culture, l’éducation et la recherche ne sont pas des marchandises. Nous proposons un statut social européen de l’étudiant, l’ouverture
d’Erasmus à toutes les personnes en formation, le doublement des crédits de la recherche et l’adoption d’un plan européen de lutte contre l’illettrisme.

Retrouvez d’autres informations sur le rassemblement des écologistes : [Europe-Ecologie->http://www.europeecologie.fr/]

Remonter