Etudes de trafic rocade nord : le naufrage démocratique

Pour commencer voici un petit extrait du JT de France 3 Grenoble du 17 octobre 2007 :

{{Pourquoi le Conseil général et la Ville ont-ils choisi de cacher la vérité aux Grenoblois ?}}

Vous vous souvenez de la consultation bidon organisée par le Conseil général cet été ? Mais surtout vous rappelez vous de la question 3 ?: « {Pensez-vous que la réalisation de la rocade nord de Grenoble pour réduire les bouchons et diminuer le trafic soit … indispensable ?} ».

Cette question qui induisait sa réponse (à moins d’être favorable aux bouchons !) était non seulement scandaleuse dans sa rédaction mais elle était surtout complètement faussée ! Pourquoi ? Parce que l’étude de trafic sur laquelle s’appuyaient le Conseil général et la Ville pour justifier leur projet a été manipulée. {{Elle concluait clairement que la rocade pouvait aggraver et non diminuer les bouchons}} (comparez ici la [vraie->IMG/pdf/AURG_vraie_conclusion.pdf] et la [fausse->IMG/pdf/AURG_conclusion_truquee.pdf] conclusions).

Toute la presse aujourd’hui a noté cette manipulation. Le Dauphiné parle « des pages manquantes », France 3 de «manipulation » et « d’étude tronquée », beaucoup d’associations ont été scandalisées …

Mais alors pourquoi avoir caché la vérité ? {{Pourquoi maintenir un projet qui, d’après les études disponibles, va aggraver les conditions de vie des grenoblois ?}} Il y a manifestement des intérêts cachés dans la réalisation de cette rocade… Il ne s’agit donc plus seulement d’une divergence entre les écologistes et le reste des élus, mais d’une question fondamentale de démocratie.

Pour notre part, nous pensons que les grands élus qui décident du sort de notre ville sont en train de devenir mégalos. Après des années au pouvoir, ils utilisent toujours les mêmes recettes du XX eme siècle et ne sont plus capables d’écouter et de comprendre les aspirations de leurs concitoyens. Ils préfèrent s’afficher au coté de la chambre de commerce et du Medef comme pour la rocade nord, que des grenoblois. Ils imaginent des projets pharaoniques sans tenir compte des réalités. Et quand la réalité se rappelle à leur bon souvenir, ils choisissent de l’ignorer ! Comment autrement expliquer cet acharnement sur un projet des années 70 à l’heure du Grenelle de l’environnement ?

{{Ce naufrage démocratique est emblématique : il est absolument nécessaire de renouveler les pratiques politiques, d’impulser un nouveau souffle et d’enfin écouter les grenoblois ! }}

Remonter