Pic de pollution: le préfet ne doit pas trembler!

En ce septième jour de pic de pollution, nous découvrons que le préfet renonce à enclencher l’étape suivante du dispositif anti-pic de pollution, parce que la situation serait un peu meilleure ce lundi, mais pire mardi, selon les prévisions d’Air Rhône-Alpes. C’est malheureux. Alors que le dispositif n’est encore qu’expérimental et pédagogique, nous appelons au civisme des automobilistes pour limiter leurs déplacements. Rappelons que la pollution fait presque trois morts par semaine à Grenoble.

Nous appelons le préfet de l’Isère, et tous les acteurs, à enclencher sans attendre la troisième phase « J7 » de ce dispositif. Seules des restrictions de circulation plus importantes permettront de limiter l’effet des pics de pollution, en mettant à l’arrêt les véhicules les plus polluants. Ces restrictions doivent s’accompagner de la gratuité des transports en commun, y compris TER et TransIsère, nous demandons donc à Jean Pierre Barbier et Laurent Wauquiez de sortir de leur inaction coupable.

Ce dispositif est unique en France et permet de limiter le développement des pics de pollution en agissant dès le seuil d’information, sans attendre les seuils d’alerte comme à Paris ou Lyon. Cette innovation grenobloise a vocation à être étendue comme l’a enfin prévu le ministère de l’environnement.

Au delà de la gestion des pics, Europe Ecologie Les Verts soutient toutes mesures visant à réduire la pollution de fond, celle qui encrasse les poumons tous les jours. Ainsi le projet « coeur de ville – coeur de métropole » est essentiel pour favoriser le report modal vers le vélo et les transports en commun, par des parcours sécurisés et plus rapides, et la prime air-bois incontournable pour limiter les émissions liées au chauffage. Nous appelons par ailleurs à une sortie rapide du Diesel en France, comme l’a réalisé le Japon à la suite de l’action volontariste de la ville de Tokyo au début des années 2000, et suivant le plan en 5 ans de l’économiste Thomas Porcher.

Remonter